Accéder au contenu principal

Articles

A qui je décernerais le prix Nobel de littérature ?

Comme vous le savez cette année la remise du prix Nobel de littérature n'aura pas lieu et a été reportée en raison d'un scandale (de moeurs ?) impliquant l'époux d'une des membre du jury. Il y a bien de grands écrivains vivants que je verrais auréolés de ce prestigieux prix, je citerai par exemple Joyce Carol OATES qui a consacré sa vie entière à l'écriture et qui, à 80 ans, mériterait bien cette consécration; je reviendrai bien sûr prochainement sur cette grande écrivaine américaine dont la lecture m'apporte mille satisfactions.
Cela étant dit, mon prix Nobel (non vivant) à moi pour 2018 c'est Romain Gary (Roman Kacew de son vrai nom, 1914-1980). Il serait présomptueux de ma part de vouloir écrire une chronique dont les mots seraient à la hauteur de ce génie de la littérature et qui puisse exprimer le plus justement possible le ravissement que me procure la lecture des romans de cet immense écrivain. La perfection de ses phrases, la profondeur de sa pensé…
Articles récents

Paris en poésie...

"Dans les veines de Paris j'ai coulé pas à pas,
J'ai glissé mon ennui où tu n'étais pas.

Sur les quais de sa Seine j'ai saigné tout bas, 
Ettouffée par sa foule, tu ne m'entendais pas.

Dans la moiteur de Paris j'ai suivi les ombres,
Sous les portes cochères hurlé dans la pénombre,
Dans ses églises orphelines cherché la lumière
Traînant mes journées, perdue aux lisières.

Sous le crépuscule de Paris il est des âmes renversées
Qui sous ses ponts crasseux 
Viennent leurs amours fossoyer."

Chadia S.

La poésie pour se rapprocher de la vérité

"J'irai rejoindre l'écume et la grande bleue 
Un jour de brume, 
blême et qui pleut
Sur le radeau de la méduse 
ou sur un vaisseau craquant
Je laisserai le ressac avaler mes jours abîmés par les ans.

Rire au chant des sirènes, 
m'enfoncer dans les abysses
Écouter Ondine bercer ses langoureux fils. 

Je lèverai l'ancre après l'orage
Et sonderai le ciel 
et ses versatiles nuages
La mer m'aura conté tous ses péchés
Elle qui absous les âmes damnées
La terre derrière moi ne sera qu'un vain mirage
C'est loin de son tumulte que j' ai choisi le naufrage."

Chadia S.



Poésie...la femme à l'honneur

Même si je souhaitais faire une petite pause pendant mes vacances, je ne résiste pas à l'envie de vous faire lire le magnifique poème de ma douce plume, Chadia pour la nommer, qui trouve les mots si justes et si précieux pour dire la beauté de la femme et la fragilité de sa condition.
"Femme Le sexe faible, le coeur fort, Tu portes les corps, pas les coups. Tu as courbé l'échine, subit les outrages, fille d'Eve, Amazone ou prêtresse, Guerrière ou poétesse, Du fond des âges tu portes de l'humanité la détresse. Du creux de tes reins jaillit la vie, Dans ton étreinte s'apaisent les cris, L'encre des hommes a coulé pour pleurer ton amour, Leur voix brisée de chanter tes contours, Ils ne seront jamais toi, Reine du silence quand les tambours se déchaînent, Ton coeur ne connaît ni rempart ni chaînes. Tes nuits sont les plus courtes, Tes matins les plus pâles, Tu es Hélène, tu es Leïla, Tu es Didon ou Kahina, Tu es ce havre que seul ton fils atteindra.
Femme, Tu es soeur Tu es amante, …

Deux très bons films à voir au cinéma...

Synopsis : "Un poste de police. Un tête-à-tête, en garde à vue, entre un commissaire et son suspect", pour faire simple.

Sans être particulièrement adepte du cinéma de Quentin Dupieux, dont j'avais par ailleurs beaucoup apprécié le précédent film "Réalité" avec Alain Chabat, le synopsis de cette nouvelle production m'avait interpellée. En effet, Fugain (joué par Grégoire Ludig), un homme sans histoires se retrouve dans le bureau du commissaire Buron (Benoît Poelvoorde au top!), soupçonné de meurtre après être sorti de chez lui pour se rendre dans un commerce à proximité de son domicile. Il n'en fallait pas plus pour me faire penser à une situation kafkaïenne et à aiguiser ma curiosité.  Je pourrais qualifier ce film de "comédie", or ce serait desservir la qualité et l'originalité de cette oeuvre compte-tenu du grand nombre de comédies à la française qui sortent chaque année sur nos grands écrans et que l'on oublie vite. Ce film me para…

Petit aparté pour parler d'un sujet qui me tient à cœur... L'école

Le pragmatisme des jours prévaut sur la gratuité du rêve… Ou comment j'observe depuis deux décennies comment est organisé l’échec des élèves de notre pays!
Pour clore l’année scolaire, je souhaite remercier les équipes pédagogiques et éducatives de mes enfants pour tout ce qu’elles ont transmis au cours de cette année scolaire. Elles ont su prendre soin des élèves et leur assurer une bonne année scolaire… La qualité de leur encadrement et l’attention au bien-être de chacun sont réelles et très appréciables. Il est indéniable que l'école maternelle et l'école élémentaire sont bien gérées. Nos enfants vont à l’école avec plaisir, aucun problème insurmontable ne m'est apparu; nous avons une direction et des enseignants qui sont toujours à l’écoute, et très attentionnés. Il faut aussi savoir le dire quand on est satisfait, et c’est la moindre des choses que d’être reconnaissants vis-à-vis de ceux qui instruisent et prennent soin de nos enfants. C’est pourquoi je tiens à les…

Au cinéma, j'ai aimé...

Au risque de passer pour quelqu'un d'élitiste je ne cache pas le fait qu'au cinéma, comme en littérature ou au théâtre  il y a du très bon et du très mauvais et que je suis plutôt exigeante. Le cinéma dit grand public n'est pas celui qui emporte le plus mon adhésion. Cela étant dit, un très bon film comme "Bécassine" qui aurait dû attirer plus de monde a suscité l'indifférence. Bruno Podalydes, un réalisateur dont la douce folie m'enchante a ressuscité ce personnage de BD en nous apportant en ces temps troublés un souffle joyeux...allez le voir à pieds ou à vélo et emmenez y vos enfants ! Les miens ont adoré.  "Tully" interroge une thématique peu explorée au cinéma, celle d'une mère surmenée de trois enfants qui se laisse envahir par les préoccupations et corvées du quotidien...un sujet par lequel je ne peux que me sentir concernée!
 Fidèle à sa réflexion sur des thèmes sociaux toujours en phase avec notre temps,  Stéphane Brizé propose…